DSC00322

Soirée transition énergétique

Article paru dans midi libre

Nous sommes en 2050. La totalité de l’énergie produite sur le territoire français est renouvelable. Au cours des années précédentes, la population a réussi à modifier son système économique, sa production énergétique, son agriculture, sa manière de se déplacer…

C’est du moins ce que propose le nouveau scénario de l’association Négawatt qui travaille depuis 2001 sur des scénarios possibles pour modifier notre système énergétique. Le scénario propose à travers une analyse fine de notre système actuel des modifications possibles pour atteindre un objectif 100% renouvelable fixé à 2050 selon la dernière version parue le 25 Janvier dernier : ce que nous avons fait, ce que nous faisons et ce qui peut être fait.

Mardi 31 Janvier et mercredi 1 Février, deux soirées étaient proposées à Florac pour prendre connaissance de la thématique, discuter, débattre et avancer ensemble. Ces soirées ont été organisées en partenariat local entre l’association Habitats Durables en Cévennes, SupAgro Florac et Cineco. Nous avons accueilli trois autres partenaires, tous oeuvrant pour la promotion et la mise en oeuvre de projets citoyens de production d’énergie renouvelable :

  • La société coopérative Enercoop qui fournit de l’énergie d’origine renouvelable et qui agit dans le cadre de la réappropriation citoyenne des enjeux énergétiques

  • Le réseau ECLR qui accompagne des collectifs à s’organiser et à se développer

  • La société Cévenne Durable qui travaille depuis quelques années pour développer des projets locaux et mettre en lien des projets individuels

Au programme un temps d’échange le mardi soir à SupAgro Florac ! Echanges et débats dans le cadre des « Mardi de SupAgro » sur la Transition Energétique Citoyenne, de 18h à 19h30. Puis le lendemain soir, direction la Genette Verte avec la projection du film « Power To Change », suivi d’un nouveau moment d’échange et d’un repas partagé, puis de la projection du film « Captain Fantastic ».

A l’issu du film « Power to change », nous avons demandé aux personnes présentes de s’exprimer par écrit sur des possibilités de changement. En voici une petite sélection : Eclairage LED, Se passer d’une voiture sur deux, Faire un jardin, Pull en laine x2, Lancer un programme local pour isoler les bâtiments, Actions collectives par petits quartiers (ou par rue) sur l’isolation des maisons (modèle GreenStreet en Angleterre), Création d’une éolienne collective – pays de Morlaix (29), Limiter l’éclairage public (les heures la nuit) !!, Ungersheim, Proposer un modèle de transformation en s’appuyant sur l’artisanat local, Créer un fond pour les gens qui veulent construire des panneaux sur les toits, sur la bibliothèque, l’église, le temple, etc, Mutualiser le matériel donc moins fabriquer et moins construire… moins produire, …..

Un constat semble émerger : la nécessité et la possibilité de s’organiser ensemble et d’agir, aussi bien en tant qu’individu qu’en tant que collectif, à plusieurs niveaux… De nombreuses actions et projets sont en route dans différents domaines, à nous de les faire vivre.

Prochain rendez vous de l’association Habitats Durables en Cévennes, une exposition sur l’habitat participatif : Demain se construit ensemble ! A retrouver au SupAgro Florac et à la Nouvelle Dimension du 1er au 24 Mars. A noter, une soirée d’ouverture et un film le mardi 7 Mars. Plus d’informations sur internet www.habitats-durables.org .

Information/Contacts :

Habitats Durables en Cévennes : www.habitats-durables.org et contact@habitats-durables.org

Cevennes Durables : Pierre Maes 09 88 66 41 44

Enercoop : 09 72 12 64 03

capture-decran-2016-10-19-a-11-56-31

Réunion d’infos création habitat participatif – Mende/Barjac

HABITAT PARTICIPATIF Secteur Barjac – Mende

Cela fait 6 mois que notre petite famille (un couple avec un enfant de 4 ans) est installée en Lozère à Barjac à côté de Mende.

Originaire des Bouches du Rhône, notre envie d’un cadre de vie plus nature, les origines familiales de mon épouse, nous ont attiré ici.

Au fil de nos rencontres, engagements, lectures, nous avons découvert les possibilités d’une vie autrement. On avait ça en nous mais sans trop savoir comment le formaliser.

Les actions menées par les Colibris, la découverte de la Permaculture, la participation à un programme de parentalité bienveillante, nous ont conforté dans notre besoin de changer de manière de vivre.

La mise en commun de plusieurs énergies, et compétences pour permettre de concevoir un lieu de vie qui corresponde au groupe tant financièrement que sur les espaces de vie privée et communs, est quelque chose qui nous motive particulièrement.

Aujourd’hui, avec notre changement de vie, nous souhaitons participer à ce nouveau courant de vivre ensemble, d’habiter autrement.

Nous sommes donc à la recherche d’autres personnes qui souhaitent participer activement à la création et à la vie d’un habitat sain, bienveillant et de partage.

L’association Habitats Durables en Cévennes, dont nous sommes de tous nouveaux membres, s’est proposée pour nous accompagner tout au long de cette aventure.

C’est fort de ce soutien que nous organisons une réunion le jeudi 17 Novembre 2016 à 19h00 à la salle de réunion de Barjac (à côté de la Mairie) avec l’objectif de rencontrer d’autres personnes souhaitant créer un habitat participatif et peut-être aussi faire découvrir à d’autres les nouvelles possibilités de construire et d’habiter.

Contacts :

Frédéric au 06 23 65 32 97 / salvettifrederic@hotmail.fr

Habitats durables en Cévennes  au 06 74 29 17 53 / contact@habitats-durables.org

DSCF2751small

La vannerie, ça reprend en Septembre

Après une saison bien remplie, nous faisons une petite pause dans l’activité vannerie jusqu’au mois de Septembre. Si on énumère, nous avons travaillé cette année sur la vannerie spiralée avec de nombreux matériaux : ronces, molinie, jonc, bouleau ; mais aussi sur des techniques de nappe, de remplissage de structure en arceau.

Et le point de hochet expérimenté lors de l’AG et du dernier atelier de la saison 2015/2016. Comment s’organise t’on l’an prochain ? De nombreux avis rejoignent le fait que 2h le mardi soir c’est un peu court pour finir ou aller loin dans l’ouvrage, faire des pauses, refaire.  Aussi l’hiver, il fait déjà nuit et c’est d’autant plus difficile de rester concentrer.

Nous pensons donc allonger cette période.

Déjà une week-end est programmé autour de la récupération de matière avec Lois Walpole les 19 et 20 Novembre. Alors à vos agendas !

DSCF2756

Retour sur le week-end vannerie (Février)

Samedi 20 Février 2016.

Le foyer rural se remplit peu à peu des participants à un atelier vannerie qui se déroulera tout le week-end.

Au programme, deux corbeilles avec deux matières différentes : le bouleau et la clématite !

Départ matinal dans les bois, nous allons récupérer la matière première à nos ouvrages. Nous avons chacun besoin de récupérer deux grosses poignées de brindilles de bouleau pour tresser. Pas besoin de couper des branches, la récolte se fait avec les brindilles tombées au sol par les jours de vent.

L’après-midi est consacrée au tressage. Nous utilisons la technique de la vannerie spiralée cousue, la même que celle utilisée pour réaliser les paillassous. Les brindilles des bouleau remplacent la paille de seigle, la molinie… et le lin ciré remplace l’éclisse de ronce, d’osier…

DSCF2755

Cette technique permet un apprentissage en douceur de la vannerie. Idéale donc pour un premier contact avec la matière. Le plus complexe reste sans doute le départ, mais une fois cette étape surmontée, le tressage se poursuit naturellement.

DSCF2730

Quelques photos de la journée :

Pendant ce temps, nous faisons bouillir tout l’après-midi un gros chaudron rempli de clématite des haies.

DSCF2753

Dimanche.

Nous profitons du soleil déjà présent ce matin pour sortir devant le foyer rural.

La chance nous sourit ce matin, en même temps que les hirondelles, car nous ne quitterons pas le devant du bâtiment de la journée.

 

 

C’est le moment de retirer la peau de la clématite pour n’en garder que la moelle qui ressemble au rotin. Sauf que la clématite pousse spontanément et abondamment en France, contrairement au rotin qu’il faudra ramener de loin pour la travailler (voir à ce propos le n°10 de la revue Le lien Créatif).

IMG_1002

A partir de 11h, nous commençons à tresser par deux. L’un tient l’ouvrage pendant que l’autre réalise les points de tressage. Ce qui fait que pour une corbeille, il faudra être deux ! La spirale ajourée tient ici par plusieurs points de fil de fer partant du centre et irradiant vers les bords.

Quelques photos :

Parallèlement, nous expérimentons aussi la teinture de la clématite avec de la racine de garance et des oxydes de fer. Résultat : la teinture avec la garance tient et pas l’oxyde de fer… laissant un beau rouge profond sur la matière.

Chacun repart heureux de ce week-end avec ses ouvrages terminés avec une belle phrase d’une des participantes pour résumer ce week-end que je vais essayer de retranscrire :

« Il y avait une technique particulière que vous nous avez enseigné. Libre à nous de choisir la forme finale et la finition de l’ouvrage. Vous nous avez finalement guidé plus qu’enseigné ce week-end. »

DSCF2822 (2)

Merci à deux Claudine, une qui m’a rejoint pour la partie préparation et technique, l’autre pour le prêt du chaudron. Merci aussi aux participants et au foyer rural.

A bientôt pour un prochain stage !

 

bandeauvisite

Visite maison individuelle Florac- le 19 novembre

Dernière visite de l’année 2015 pour l’association Habitats Durables.

Pendant deux heures, ce fût l’occasion une nouvelle fois d’échanger sur nos expériences d’habiter et sur les choix de personnes ayant construit.

IMG_8010

Voici en résumé le contenu de cette soirée riche en apprentissages et échanges :

« Habiter en campagne sans utiliser sa voiture chaque jour et construire en incluant une réflexion écologique pour choisir ses matériaux. »

Voici les deux principaux critères qui ont permis à Anne et Christian de choisir leur lieu d’habitation. Arrivés à la retraite, ils ont tous les deux accumulés une expérience et un capital dans l’habitat qui leur ont permis de se lancer dans ce projet sans architecte. Mais pas seulement, car ils ont consulté leurs « amis » et visité des réalisations avec l’association Habitats Durables avant de se lancer.

Après des recherches de maison à retaper infructueuses dans le centre ville de Florac, ils se lancent dans la recherche d’un terrain proche du centre ville. Par chance, ils tombent sur un terrain en surplomb de la ville sur la pente du Causse Méjean. Seul bémol, 150 pins noirs d’Autriche poussent depuis quelques années sur le lieu, rendant la projection sur une maison individuelle difficile. Ils auraient pu prendre modèle sur des maisons sur pilotis perchées dans des arbres comme cette maison dans les landes : => Cliquez ici <=

Seulement, l’un comme l’autre ont préféré avoir une maison de plein pied pour pouvoir y accéder »même dans plusieurs années ». Ils souhaitent aussi ne pas passer le restant de leur jours à auto-construire leur habitat. Rapidement, ils prennent contact avec un constructeur de maison individuel les évitant de coordonner les différents corps de métier lors de la construction. Seulement, leur choix de matériaux ne sont pas des standards du constructeur qui a réussi à s’adapter aux choix du couple.

Ainsi, la maison de 100m carré sera réalisé en brique alvéolé et d’un isolant de laine de bois. La charpente sera faite de fermettes industrielles, le couple ne souhaitant pas investir un étage. La maison est constituée d’une pièce à vivre généreuse avec une hauteur de plafond de 2m60 car selon eux : « 2m45, on s’y sent à l’étroit, ça manque d’espace ». Ce salon/cuisine reprend l’orientation générale de la maison,  perpendiculairement au Causse avec une double ouverture (Nord Ouest et Sud Est). Le clou de la construction se trouve dans cette pièce : un poêle de masse en pierre « Tulikivi » importé de Norvège.

Poëlle de masse en Tulikivi

Poëlle de masse en Tulikivi

Cette source de chaleur unique et peu gourmande – 4 stères pour l’hiver, 16kg par jour- est située en plein centre de la maison. Les 45 cm de laine de bois projeté dans les combles perdues assurent un bon chapeau à la construction. Pas de problème de perte de chaleur !

Les autres pièces de la maison, chambre, cellier, bureau, salle de bain composent l’autre partie de cette habitation. La hauteur de plafond plus standard de 2m45 permet une différenciation nette de l’espace à vivre principal. Le garage est situé en dessous de ces dernières pièces, profitant ainsi de la pente naturelle du terrain. »

Pour finir, le couple nous invite à poursuivre le débat autour d’un apéritif.  Merci à eux de nous avoir ouvert leur porte !