RTEmagicC_reseau_de_chaleur_01.jpg

Réseau de chaleur de Florac : Comment !?

Un réseau de chaleur à bois à Florac ? 

Qu’est-ce que c’est ?

Un réseau de chaleur bois consiste à mettre en place un plan de technique comprenant un ensemble d’équipement comprenant une chaufferie centrale bois reliée à un réseau de canalisations enterrées rejoignant les réseaux existants.

Le bois -plaquette forestière et déchet de scierie- brûlé dans la chaufferie permet de chauffer un grand volume d’eau injecté dans les réseaux prévus pour. Ces réseaux alimentent par la suite tous les bâtiments souhaitant s’y raccorder.

Le raccordement à un réseau de chaleur présente plusieurs avantages :
– la mutualisation des investissements des utilisateurs,
– l’utilisateur est libéré des contraintes d’entretien et d’approvisionnement en combustible,
– une chaufferie collective performante et bien suivie pollue moins que plusieurs chaufferies individuelles,
– les investissements sont mieux rentabilisés car le matériel est plus utilisé,
– une diversification des ressources énergétiques.

A qui est-ce destiné ? 

=>  Tous les bâtiments raccordés au réseau de chaleur peuvent être : des industries, des bâtiments communaux (mairie, salle des fêtes, des piscines, …), des magasins, des établissements hospitaliers, des établissements scolaires (écoles, collèges, lycées, universités, …), des bureaux, des logements sociaux, des résidences, des gîtes, maisons individuelles…

principe_reseau_chaleur

Principe du réseau de chaleur

Le projet de Florac

L’installation du réseau de chaleur bois à Florac répond au besoin de maîtrise du coût de l’énergie pour les bâtiments principaux de la ville.

Le bois utilisé proviendra majoritairement de coupe d’éclaircissement dans les forêts alentours –rayon de 30 km– ainsi que de déchets de scierie. Le projet utilisera l’économie locale qui résulte de l’entretien des plantations forestières et des résidus de son industrie. Il garantie également une maîtrise et une stabilisation du prix de l’énergie.

Une telle volonté se trouve bien loin de celle de grandes chaufferies pour lesquelles il est nécessaire d’aller chercher du bois dans les 400 km alentours voire au Canada).

Zones ˆ enquter  (non listŽes dans le fichier Excel ci-joint)Il répond à un besoin d’énergie renouvelable dans l’optique d’une transition énergétique nécessaire face à l’appauvrissement des énergies non renouvelables. La faisabilité du projet s’équilibre actuellement autour des subventions et des rentrées financières liées au futur fonctionnement du réseau.

Au lieu de donner de l’argent pour une énergie fossile hors du territoire, on injecte directement cet argent dans l’économie locale dans une idée générale d’économie circulaire garantissant un retour à la prospérité de petite échelle.

Pourquoi nous participons à ce projet ?

Pour mener à bien un tel projet, la mairie de Florac a fait appel à un bureau d’étude qui s’occupe de coordonner le projet (mission d’Assistant à Maîtrise d’Ouvrage AMO).

Dans ce cadre là, Habitats Durables a pour mission d’informer les habitants de Florac.

Plus particulièrement, il nous est demandé de nous mettre en relation avec les habitants  proche du tracé du réseau dans l’optique d’un raccord éventuel, si ils sont intéressés.

Si vous pensez être sur le circuit & si vous avez des questions, contactez nous !

bandeaubioclimatie

Visite & diagnostic d’habitats bioclimatiques 14 mars

Dernière journée d’hiver… Le printemps est proche et pourtant il neige un peu sur le causse de Sauveterre où Nathalie nous reçoit dans son atelier pour parler de bioclimatisme ; notion qu’elle utilise au quotidien dans son métier d’architecte.

IMG_1969 IMG_1971

« Un habitat est propre à un habitant et à un lieu » : Ce postulat de base se décline dans l’étude du site – orientation, pente, masque – et sur une écoute attentive des besoins humains ses envies, ses rêves… mais aussi ses moyens financiers !

IMG_1974Deux adhérents de l’association ont apporté les plans de leur projet d’habitat. L’un envisage d’acheter une maison cévennole construite dans la pente avec une charpente à la Philibert Delorme. L’autre pense acquérir un terrain dans une terrasse -bancel- exposée plein sud et réfléchit à construire en neuf. L’après-midi a donc été riche en enseignement pratique et en conseil.

Nathalie nous a aussi fait visité sa maison et les gîtes qu’elle a rénové. Toujours sur des principes de bioclimatisme, elle nous présente quelques projets qu’elle a pu suivre et aider à faire naître.

IMG_1945

C’est l’occasion de parler d’isolation, d’ouverture au sud, de brise soleil, de serre bioclimatique, d’effet Venturi, de batterie thermique, de paille et de terre ! La liste est non-exhaustive preuve d’un foisonnement de choix technique et de parti pris au niveau de la conception.

Nous n’aurons pas fait le tour de la notion de bioclimatisme en trois heures, mais par le cheminement question-réponse et visite, nous aurons pu avancer chacun dans nos connaissances.

A retenir : Bien isoler à l’air et faire des choix de conception parfois plus coûteux s’avère intéressant sur le long terme en terme de confort de vie et d’économie !

Merci Nathalie pour ces enseignements.

Contact :
Le Falisson 48000 Saint Bauzile
Site internet : http//maisonecolozere.jimbo.com
Mail : crepin.nathalie.com
Tel : 04 66 44 71 49