Visite maison individuelle Florac- le 19 novembre

Dernière visite de l’année 2015 pour l’association Habitats Durables.

Pendant deux heures, ce fût l’occasion une nouvelle fois d’échanger sur nos expériences d’habiter et sur les choix de personnes ayant construit.

IMG_8010

Voici en résumé le contenu de cette soirée riche en apprentissages et échanges :

« Habiter en campagne sans utiliser sa voiture chaque jour et construire en incluant une réflexion écologique pour choisir ses matériaux. »

Voici les deux principaux critères qui ont permis à Anne et Christian de choisir leur lieu d’habitation. Arrivés à la retraite, ils ont tous les deux accumulés une expérience et un capital dans l’habitat qui leur ont permis de se lancer dans ce projet sans architecte. Mais pas seulement, car ils ont consulté leurs « amis » et visité des réalisations avec l’association Habitats Durables avant de se lancer.

Après des recherches de maison à retaper infructueuses dans le centre ville de Florac, ils se lancent dans la recherche d’un terrain proche du centre ville. Par chance, ils tombent sur un terrain en surplomb de la ville sur la pente du Causse Méjean. Seul bémol, 150 pins noirs d’Autriche poussent depuis quelques années sur le lieu, rendant la projection sur une maison individuelle difficile. Ils auraient pu prendre modèle sur des maisons sur pilotis perchées dans des arbres comme cette maison dans les landes : => Cliquez ici <=

Seulement, l’un comme l’autre ont préféré avoir une maison de plein pied pour pouvoir y accéder »même dans plusieurs années ». Ils souhaitent aussi ne pas passer le restant de leur jours à auto-construire leur habitat. Rapidement, ils prennent contact avec un constructeur de maison individuel les évitant de coordonner les différents corps de métier lors de la construction. Seulement, leur choix de matériaux ne sont pas des standards du constructeur qui a réussi à s’adapter aux choix du couple.

Ainsi, la maison de 100m carré sera réalisé en brique alvéolé et d’un isolant de laine de bois. La charpente sera faite de fermettes industrielles, le couple ne souhaitant pas investir un étage. La maison est constituée d’une pièce à vivre généreuse avec une hauteur de plafond de 2m60 car selon eux : « 2m45, on s’y sent à l’étroit, ça manque d’espace ». Ce salon/cuisine reprend l’orientation générale de la maison,  perpendiculairement au Causse avec une double ouverture (Nord Ouest et Sud Est). Le clou de la construction se trouve dans cette pièce : un poêle de masse en pierre « Tulikivi » importé de Norvège.

Poëlle de masse en Tulikivi

Poëlle de masse en Tulikivi

Cette source de chaleur unique et peu gourmande – 4 stères pour l’hiver, 16kg par jour- est située en plein centre de la maison. Les 45 cm de laine de bois projeté dans les combles perdues assurent un bon chapeau à la construction. Pas de problème de perte de chaleur !

Les autres pièces de la maison, chambre, cellier, bureau, salle de bain composent l’autre partie de cette habitation. La hauteur de plafond plus standard de 2m45 permet une différenciation nette de l’espace à vivre principal. Le garage est situé en dessous de ces dernières pièces, profitant ainsi de la pente naturelle du terrain. »

Pour finir, le couple nous invite à poursuivre le débat autour d’un apéritif.  Merci à eux de nous avoir ouvert leur porte !

Laisser un commentaire